La fondation Beyeler à Bâle

En mars, Bâle résonne au rythme de l’horlogerie de luxe. Mais ce serait oublier que Bâle, c’est aussi la capitale culturelle de la Suisse. Avec ses 40 musées et l’organisation de la Basel Art Fair, la troisième ville de Suisse s’est imposée comme l’une des mecques de l’art contemporain. Visite de l’un de ses lieux de culture, la Fondation Beyeler à l’occasion de l’exposition consacrée à l’un des peintres contemporains les plus cotés, Peter Doig.

Qui sont les époux Beyeler ?

Né en 1921, Ernst Beyeler a commencé sa vie comme bouquiniste à Bâle. Mais les livres anciens l’intéressent de moins en moins et il se tourne de plus en plus vers le commerce de gravures et d’estampes japonaises. Rebaptisant son commerce « Galerie Beyeler », Ernst Beyeler s’oriente progressivement vers l’art expressionniste allemand puis vers la peinture française. Son épouse, Hildy Beyeler, s’occupe quant à elle de la gestion de la galerie. Dès les années 1950, la Galerie est réputée et suscite le respect de l’autre côté de l’Atlantique. En parallèle de leur activité de galeristes, les époux Beyeler collectionnent les oeuvres d’art moderne et contemporain. Ils créent leur Fondation au début des années 1980. Le bâtiment ouvre au public en 1997. 

beyeler1Pourquoi visiter la Fondation ?

Pour un aperçu éclectique de l’art du XXème siècle : 250 tableaux et sculptures des plus grands noms de l’art moderne et contemporain (Monet, Cézanne, Van Gogh, Picasso, Giacometti, Pollock…) Pour les expositions temporaires d’artistes de renommée internationale : Calder, Peter Doig, Paul Gauguin , bientôt Kasimir Malévitch…beyeler2 Pour son architecture : signé Renzo Piano, le bâtiment qui héberge la collection frappe avant tout par sa sobriété et sa simplicité. L’architecte a voulu entretenir une harmonie parfaite entre le musée et l’environnement. A côté de l’entrée, un petit bassin où flottent des nénuphars un peu particuliers : ce sont des grands disques vibrants en métal signés Philippe Pareno Pour profiter d’une pause au vert : la Fondation Beyeler est située un peu à l’extérieur de Bâle, dans la commune historique de Riehen. Une atmosphère d’une autre époque à la vue des quelques maisons de ferme à colombage… Quand à la Fondation, son jardin offre une perspective des plus inspirantes sur la campagne bâloise.                                    

Que retenir de l’exposition Peter Doig ?

Peter Doig, 56 ans, est l’un des peintres vivants les plus cotés. Sa marque de fabrique ? Des toiles grand format où la nature occupe tout l’espace, parfois traversé par la présence de l’homme. Ni complètement figuratif ni complètement symboliste, ce qui l’intéresse, c’est de retranscrire une atmosphère, une subjectivité humaine. Un certain goût pour le mystère, une vraie dose d’onirisme. Ajouter un usage virtuose de la couleur et une touche qui rappelle les plus grands, Bonnard, Gauguin et Munch en tête. photo 4photo

Grande Rivière, 2002, Collection Annabelle Selldorf, New York © Peter Doig.  Tous droits réservés.
 
Milky Way, 1989–90, Victoria Miro Gallery, Londres © Peter Doig. Tous droits réservés.
 
100 Years Ago (Carrera), 2005-2007, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne / Centre de création industrielle, Paris © Peter Doig. Tous droits réservés.